C’est parti pour le défi du jour 15 !
Je l’avoue, je n’ai pas vraiment travaillé sur la mission, ces dernières semaines. Je lisais les défis, sans pour autant les réaliser jusqu’au bout, en toute concentration. Aujourd’hui, je reprends donc avec le jour 15, complètement rassérénée et prête à travailler sur ma mission de vie.



Défi du jour 15 : Avez-vous les jauges à plat ?


Raison n°1 : vous accordez-vous du temps pour vous, le matin ?

J’avais prévu de prendre de bonnes habitudes et de suivre les principes du Miracle Morning (même si je n’ai pas encore lu le livre). Mais j’avoue ne pas encore parvenir à le faire. Déjà, faudrait-il que je parvienne à me lever à l’heure haha

C’est pourtant simple et peu contraignant à mettre en place : une séance de méditation, puis de visualisation, affirmation du jour, lecture inspirante, gratitudes pour les merveilleuses choses que je vis et un peu d’exercice physique pour se mettre en condition.

Raison n°2 : A quelle occasion saviez-vous que vous auriez dû faire une pause, mais que vous ne l’avez pas faite ?

Quand je faisais mon dernier service civique, je ne pouvais pas me déconnecter une seconde du travail. Et c’est toujours comme ça que j’ai fonctionné, quelle que soit mon activité.
J’ai fait presque pareil avec mes devoirs, puis avec la correction de mes livres, en fin d’année scolaire. Le hic, c’est que je ne m’en rends compte que quand il est trop tard, quand je suis vraiment épuisée.
Aujourd’hui, j’arrive un peu plus à prendre mon temps. Et, si nécessaire, à faire une pause, sans réfléchir et me mettre la pression sur ce que je me donne à faire par la suite.

Raison n°3 : Avez-vous remarqué de fuites d’énergie dans vos relations ou vos responsabilités ? Si oui, lesquelles ?

Je ne vois plus grand monde, en ce moment lol.
Mais oui, j’ai pu remarquer cet été que, même si je sais que ce n’est pas très sain, je mets encore trop d’énergie dans des relations dans lesquelles il n’y a pas « d’efforts » réciproques, dans les échanges. D’ailleurs, je suis assez fière de moi car, à présent, j’arrive à me détacher de tout ça. Mon égo ne se sent plus attaqué quand une personne ne m’accorde pas autant de temps que je lui en accorde.

Maintenant que j’y pense, j’ai pu lire un superbe texte à ce sujet, sur Facebook, avant-hier. A la fois sur la dépense d’énergie et le lâcher-prise dans les relations.

Raison n°4 : Notez vos limites sur votre corps, votre esprit, vos émotions, et les ajustements nécessaires.

Je fatigue très rapidement : me coucher plus tôt, faire de courtes siestes après le déjeuner ; au moins une journée de pause par semaine (chose que je ne faisais pas avant, travaillant et étudiant à la maison).

Raison n°5 : A quelle vitesse va votre vie, en ce moment ?

A une bonne vitesse. Pour tout dire, elle passe assez lentement pour que je puisse me reposer quand c’est nécessaire et assez rapidement, car je m’occupe à une juste mesure.

Miracle morning, d’Hal Elrod.

Raison n°6 : Dormez-vous assez ? Êtes-vous en surpoids ? Êtes-vous irritable ? Donnez-vous plus que vous ne recevez ? Êtes-vous impatient ?

Maintenant, je dors assez, oui (même si je triche avec un traitement qui s’est révélé nécessaire).
Quand je suis hors de ma zone de confort ou dans certaines situations sociales, il m’arrive encore d’être irritable.
Et, depuis quelques jours, j’avoue que je force un peu physiquement.

Raison n°7 : Quelles sont les relations, responsabilités, engagements ou projets qui sont en ce moment « de trop » dans votre vie ?

« De trop » ?
La correction de mes livres et leur lancement à venir me stressent pas mal, en ce moment. Mais c’est en partie parce que j’ai mêlé trop de personnes à ce projet, avant qu’il ne soit « accouché ». Du coup, je me suis un peu perdue dans tous les conseils qui m’ont été donnés (gentiment, bien sûr, et je les avais demandés). Je ne savais vraiment plus quoi en faire.
Cela m’a aussi rappelé qu’il y avait des choses que je ne savais pas/ne voulais faire.
Finalement, après une grande discussion avec ma môman sur le fait que c’était mon projet et que seul mon avis comptait réellement à ce sujet, que le processus créateur m’appartenait intégralement, ça va mieux. Je vais pouvoir m’y remettre ^^

Raison n°8 : Quand avez-vous tendance à vous mettre la pression ? Dans quelles circonstances ? Pourquoi ?

Quand je travaille, principalement. Je veux que tout soit parfait, irréprochable, et ce en toutes circonstances. Cela vient en grande partie d’une probable peur du jugement et du fait que je me passionne très vite pour les nouveaux projets. Ce qui fait que je suis au taquet tout le temps et que je ne sais pas m’arrêter.

Les situations sociales (hors personnes proches) me rendent assez mal à l’aise, en ce moment. J’ai toujours peur de dire quelque chose qu’il ne faut pas, de passer pour une demeurée (à cause de mes noooombreux bugs quand je parle. Mais tout est lié, quand je prendrai confiance, je ne m’en rendrai même plus compte).

Il faut vraiment que je lise les quatre accords toltèques.

Raison n°9 : Dans quelle situation en particulier pensez-vous être un surhomme/une wonderwoman ?

Quand je travaille, toujours. Mais ce n’est qu’une apparence. Une image que j’essaie de donner (même si je ne suis pas sûre que ça marche vraiment 😂)

Avec mes proches. Il m’arrive souvent (ou tout le temps ?) d’ajouter mon grain de sel, de me mêler de choses qui ne me regardent pas. A l’origine, ça ne part pas d’une mauvaise intention : je veux juste aider, conseiller à la hauteur de mes connaissances et expériences… Mais ce n’est pas forcément bienvenu. Et je ne m’en rends compte qu’après avoir ouvert la bouche, bien entendu…
En quelque sorte, c’est comme si je croyais « tout mieux faire ». Tss… Quel égo ! 😅

Raison n°10 : Avez-vous tendance à partir à la dernière minute ? Prenez-vous du temps pour remplir votre réservoir, pour prendre soin de vous ? Ou calculez-vous seulement le temps qu’il vous faudra ?

Cela dépend des périodes et des jours.
Quand je travaille à l’extérieur, je calcule le temps nécessaire pour chaque tâche matinale. Quitte, parfois même, à zapper les actions que je fais réellement pour moi, dans le cas où je prendrais du retard sur mon planning.

Quand je travaille chez moi, par contre, c’est limite tout le contraire. Ou pas. Comme je suis super lente, je me mets des fois la pression pour me mettre au boulot. Quitte, encore une fois, à zapper ce qui pourrait me détendre et remplir mon réservoir…


Y a du boulot, dis-donc! Va vraiment falloir que je fasse un effort pour réellement prendre du temps pour moi. Et pas seulement me dire : « Tiens, j’ai mangé une pomme ce matin, ça y est, j’ai fait un truc pour moi ! »



Petites victoires de la semaine :

Reprise du défi des 100 jours.
Premier vrai point de couture pour réparer un coussin qu’Oliver aimait un peu trop 😂 Je me suis vraiment bien débrouillée : il tient toujours, même après être passé à la machine à laver.
Mon appartement est vraiment nickel et me correspond de plus en plus. J’ai même des… rideaux ! 😭
J’ai fait ma petite rentrée des classes et me suis même attribué mon emploi du temps de l’année à venir haha je me suis bien amusée. Et les cours sont intéressants. C’est un bon début d’année scolaire 😉

Choses sur lesquelles travailler :

Mes quelques angoisses revenues en force et qui m’enquiquinent bien (et mon entourage aussi, du coup), depuis le confinement.
Reprendre une activité physique régulière.


Le jour 15 du défi des 100 jours est terminé !
Petit rappel : je ne publierai au sujet du défi que tous les cinq jours, afin d’en profiter au mieux et de ne pas passer mon temps le nez sur le PC.
Et vous, alors ? Si vous deviez réaliser votre propre liste des raisons qui vous vident de votre énergie, qu’est-ce que vous y mettriez ?

Plein de bisous les coupains-coupines ! A très vite pour la suite du défi ! 

N’hésitez pas à me rejoindre sur la page Facebook de la Tortue, ainsi que sur Instagram !