Hello tout le monde ! J’espère que vous allez bien.
Ce matin, un petit billet humeur pour reprendre le blog, petit à petit.

J’ai été très occupée, tout au long de l’année écoulée, entre mon BTS, les stages, les révisions, mais aussi la publication de ma dernière saga, la communication autour de mes livres (création d’une communauté instagram) etc etc.

Ça fait un moment que je réfléchis à reprendre La Tortue. Mais j’avoue que ma fin de deuxième année de BTS a été très chargée. Je n’ai même pas pu écrire, vous imaginez ! Haha (alors que je trouvais quand même le temps d’écrire, quand je passais mon Bac lol où voit où étaient mes priorités).

Il y a pas mal d’évènements récents qui ont remis beaucoup de choses en perspective. Qui m’ont forcée à sortir de ma zone de confort, voire de remettre en question mon style de vie actuel, ma réussite dans l’acceptation de ma condition de santé etc…
L’un d’entre eux, et c’est tout bête, a été la réception de ma convocation aux épreuves de BTS.

Sur le coup, quand j’ai su que j’allais passer mes examens à M., soit à 90km de chez moi, j’ai râlé. Parce que ça dérogeait fortement à ma routine, que ça représentait une organisation et des dépenses auxquelles je n’étais pas sûre de pouvoir faire face.

Mais maintenant, je suis reconnaissante d’avoir eu l’occasion d’y retourner. Je pense que revenir dans cette ville, où j’ai vécu mes années lycée (les meilleures) et où j’ai passé mon Bac, m’a permis de m’apaiser. De nouveau, j’ai ressenti ce calme et cette insouciance qui ont caractérisé mes années d’adolescence. Je me suis sentie forte, je n’avais plus peur. J’étais enfin moi.

Et je sens que ce détour va contribuer à ma réussite, tant au niveau scolaire que personnelle.

Il me tarde d’y retourner et de revoir les endroits que j’ai laissés, il y a neuf ans de ça. J’en ai besoin. À la fois pour mes projets littéraires, mais aussi pour me rappeler que, quoi que je décide de faire, si je le veux vraiment, je peux y arriver. Je peux obtenir la vie dont je rêve.

Limite, j’ai eu envie d’y vivre à nouveau. D’être à un endroit qui m’inspire la paix, la sécurité. Je ne sais pas si c’est mon côté fuyant qui réagit, mais il est certain que je suis moins à l’aise quand il s’agit de me déplacer dans V., la ville où je suis actuellement. (Je ne suis d’ailleurs pas la seule. On en a parlé avec mes amies, depuis un an, un an et demi, c’est devenu bizarre de sortir dans cette ville. Il y a des gens louches qui traînent, dès 18:00-19:00… des gens qui ne se contentent pas d’être louches de leur côté, non ! Faut aussi qu’ils viennent te chercher haha)

Bref, ça m’a fait énormément de bien de voir que je pouvais être libre, que je pouvais ne pas avoir peur d’être dans les rues, peu importe l’heure.
Et je ressentais le besoin de partager ce sentiment avec vous 🥰